[ANIME] Sin: Nanatsu no Taizai

5

Bonjour à tous, ici Ruru ♡

Il est plutôt rare que je réalise une critique d’un animé orienté ecchi, mais quand celui ci provient directement d’un projet en rapport avec le monde de la figurine, je me devais de tenter une approche. Voici 「Sin: Nanatsu no Taizai」 diffusé sur Crunchyroll.fr (à ne pas confondre avec le manga de Nakaba Suzuki au nom similaire).

Le projet Hobby Japan.

______________________________________________

Hobby Japan est une maison d’édition qui ne date pas d’hier puisque sa première publication date de aout 1969. Hobby Japan est une compagnie très active, des magazines mensuels (Game Japan, HOBBY JAPAN, Arms Magazine, GUN PROFessionals), une branche light novel (HJ Bunko) et manga (Dangan Comics), du développement de personnages, de l’import export, des goodies et des figurines en collaboration avec les fabricants AMAKUNI et Orchid Seed.

C’est ce dernier point qui nous intéresse. Hobby Japan a en effet mis en place un projet multimédia tournant autour de sept magnifiques démones qui incarnent les sept péchés capitaux ; la paresse, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie.

Toutes plus sexy les unes que les autres (excepté la gourmandise qui elle est adorable), ces personnages sont illustrés par Niθ (mechanical & character designer) et sont toutes sorties en figurine depuis 2013.

Si vous avez été attentifs, vous avez pu apercevoir un certain ange du nom de Michael dans le pilote de 「Sin: Nanatsu no Taizai」. Hobby Japan a décidé que les démons ne seraient pas les seules à prendre du plaisir et commence tout doucement à introduire 「Nanatsu no Bitoku」, The Seven Heavenly Virtues.

Exactement comme pour les sept péchés capitaux, les anges de la prudence, la justice, la tempérance, le courage, la foi, l’espérance et l’amour disposeront avant tout d’une ligne de figurines à leur effigie (à commencer par Michael). Nous les découvrirons très probablement en version anime d’ici quelques temps.

Maintenant que vous connaissez les origines de la licence,
poursuivons avec l’anime qui nous intéresse aujourd’hui.

  • Titre original :  sin 七つの大罪
  • Titre : Seven Mortal Sins / sin Nanatsu no Taizai
  • Nombre d’épisodes : 12
  • Saison : Printemps 2017
  • Genre : Action – Ecchi – Fantasy – Surnaturel – Dieux
  • Pour public averti / 16 ans et +
  • Licencié chez : Crunchyroll
  • Site officiel
  • Twitter officiel
  • Logo :

– STAFF –

  • Studio : ARTLAND, TNK
  • Original Creator: Hobby Japan
  • Réalisateur : Kinji Yoshimoto (saga Queen’s Blade)
  • Scénariste : Kinji Yoshimoto (Queen’s Blade Grimoire)
  • Script: Masashi Suzuki (Akane Maniax)
  • Original Character Design: Niθ (Alien Design Team de Space Dandy)
  • Character Design: Sachiko Yasuda (Prison School)
  • Sound Director: Hiroto Morishita (Monster Musume)

– SEIYUU –

  • Lucifer est doublée par Kitamura Eri (Sayaka de Mahou Shoujo Madoka★Magica)
  • Totsuka Maria est doublée par Toda Megumi (Hajime de New Game!)
  • Belphegor est doublée par Kakuma Ai (Isuzu de Amagi Brilliant Park)
  • Leviathan est doublée par Fujita Akane (Sagiri de Eromanga-sensei)
  • Satan est doublée par Sakuraba Arisa (Fukuuchi de High School Fleet)
  • Astaroth est doublée par Tadokoro Azusa (Ruru de Musaigen no Phantom World)
  • Asmodeus est doublée par Takahashi Chiaki (Azusa de The iDOLM@STER)
  • Belial est doublée par Itou Shizuka (Akeno de High School DxD)
  • Mammon est doublée par Hikasa Yoko (Farnese de Berserk)
  • Beelzebub est doublée par Ogura Yui (Hinata de Ro-Kyu-Bu!)

L’orgueilleuse Lucifer est devenue un ange déchu. Elle est envoyée dans les profondeurs de l’enfer où ses pouvoirs sont scellés par sept démons. Elle y rencontre Leviathan qui lui explique que son sort est lié à la loi des sept péchés capitaux.

Bien décidée à récupérer ses pouvoirs, Lucifer se lance dans une longue bataille, aidée du démon Leviathan et de Maria, une simple lycéenne habitant sur Terre…

Un anime que je n’attendais absolument pas et qui pourtant aura réussie à attirer mon attention.

Tout commence par une rencontre entre Maria, une jeune étudiante innocente et un ange tombé du ciel. Ce dernier, surpris que cette demoiselle puisse la voir, lui fit cadeau de sa vie d’ange. Cet ange est en réalité la grande Lucifer, ange déchue par dieu, condamnée à personnifier le péché d’orgueil pour l’éternité.

Lucifer expédiée aux enfers fera vite la rencontre de Leviathan, pêché de l’envie un brin collante et très…tactile. En effet, sin Nanatsu no Taizai fait partie de ses animés un tantinet coquinou de par ses scènes où les tenues s’évaporent et s’envolent et ou les actions les plus banales sont sexualisées à outrance parmi tout un tas de scènes très très TRÈS explicites.

Leviathan guidera Lucifer vers le pandémonium ou résident les sept péchés capitaux qui gouvernent les enfers, l’accueil quelque peu glacial nous donnera chaud, surtout en découvrant Belial, démon de la vanité et gouvernante des sept péchés capitaux.

L’arrogance de Lucifer et son défi en duel des sept péchés lui fera perdre une de ses ailes d’ange face à un premier combat sans merci et face à cette douleur, elle sera ainsi libéré du joug de Dieu afin de devenir un véritable démon, celui de l’orgueil, mais à quel prix ? Les ronces du châtiment, puissante technique de Belial, sont désormais marquées sur Lucifer.

Comment vont réagir les péchés capitaux ?
Quel est ce lien si spéciale qui unit désormais Maria et Lucifer ?
Lucifer obtiendra t-elle sa revanche sur Belial ?
Leviathan arrivera t-elle à gagner l’amour de sa Luci ?

Bien que ne soit pas mon anime favoris de la saison, il a le mérite de me procurer pas mal de choses (non, pas de ce genre là). A commencer par un léger sentiment de malaise lors des scènes de torture de Lucifer mais aussi sur le bashing constant que subit cette pauvre Maria, j’espère une certaine évolution en ce qui concerne cela.

Outre ces deux points pas très glop, l’anime en lui même peut être sympathique pour les  plus curieux d’entre nous (dont je fais malheureusement partie), il est bien de se renseigner un minimum sur la licence, qui sont « réellement » les personnages et quel lien les unis, la nature de leur péché en passant par les références bibliques qui sont, je peux vous le dire, sans fin et qui donne un bon mal de tête après des heures de recherches et de lectures, cependant, cela reste intéressant pour les plus courageux aimant connaître les bases de ce qu’ils regardent.

L’anime tente également de toucher des sujets divers et variés comme les bitcoins (mammoncoins), le mommy complex, la sex battle, l’idole déprimée, les jeux en ligne etc. Au final, sin Nanatsu no Taizai sort quelque peu de la route d’un ecchi classique, il y a de l’humour (tout dépend de votre humour en fait), les filles sont sexy, Maria est trop mignonne, bref, ça se regarde en mode troisième degré, comme toujours avec ce genre de licence.


Faisons le point sur les péchés capitaux :

Mammon incarne l’Avarice
Belphegor incarne la Paresse
Satan incarne la Colère
Beelzebub incarne la Gourmandise
Asmodeus incarne la Luxure
Lucifer incarne l’Orgueil
Leviathan incarne l’Envie

Sept péchés capitaux et dix personnages principaux donc neuf sont des péchés, mais alors que viennent faire Belial et Astaroth (épisode 6), qui incarne la mélancolie, aux côtés des péchés connus de tous.

La vanité et l’orgueil sont deux péchés identiques. Lucifer n’étant pas présente au commencement, elle n’avait donc aucune légitimité de posséder un trône au pandémonium, c’est finalement sur ce fait que va reposer l’anime, une bataille entre Belial et Lucifer pour la place la plus prestigieuse. Il est plutôt intéressant de constater que selon la tradition chrétienne, Lucifer est associé à l’orgueil et est considéré comme un ange déchu pour s’être rebellé contre Dieu, la licence reste donc assez fidèle en ce qui concerne les références du monde des anges et démons.

Du côté du démon de la mélancolie Astaroth, celle ci était considérée dans le christianisme comme un péché mais n’a jamais fait partie des sept. Ce qui explique sa non présence sur un des trônes.


Crunchyroll.fr diffuse Sin: Nanatsu no Taizai en version censurée. Ce que je peux comprendre, de nombreuses scènes sont beaucoup trop olé-olé pour les jeunes spectateurs.

Personnellement la censure de l’extrême m’a toujours fait rire, surtout sur une paire de seins démesurées ou sur une culotte un peu trop petite (voir inexistante), ces flashs lumineux qui prennent la moitié de l’écran si bien que je ne peux même plus comprendre la scène ou bien les logos cache tétons, du grand art ! Est-ce que la censure est un gros problème pour vous ?

Regardez vous Sin: Nanatsu no Taizai ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

L’opening 「My Sweet Maiden」 de Mia REGINA (entendue dernièrement sur l’ending d’un anime radicalement opposé, Momokuri) correspond plutôt bien à Sin: Nanatsu no Taizai, rythmé comme il faut, il met parfaitement dans l’ambiance.

L’ending quant à lui est carrément un coup de cœur, toujours interprété par Mia REGINA, celui ci me rappelle quelques titres de ZEN-LA-ROCK, pour les connaisseurs. 「Welcome to our diabolic paradise」 conclu parfaitement l’épisode en plus des illustrations proposées à l’écran durant l’écoute. Mhhh divinement démoniaque ?

Divers manga et artbooks en relation avec la licence sont parus au Japon.

About Author

Créatrice de MoePop (2005). Directrice du projet MOEKKO PROJECT (2015).

5 commentaires

  1. Petite critique intéressante, tu m’auras enseigné quelques trucs ^^
    Pour ma part, je regardes au mode « Mais en fait pourquoi je regardes ça ? » mais au final pendant l’épisode ça se laisse regarder et voir comment ils ont essayé de transposer les pêchés sur des activités « néfastes » de nos jours peut être intéressant même si au final il n’y a quasiment pas de morale. On va dire que chaque épisode à au moins le mérite de proposer une thématique différente.
    Sinon il y a le personnage de Levithan qui est vraiment casse noisette pour être poli. La petite Maria devrait lui mettre une grosse claque dans sa tête xD.
    Par contre il y a le personnage d’Astaroth que j’ai bien aimé, j’ai trouvé son ptit clip assez bien réalisé et la musique vachement sympa.
    Et ouais la musique de l’ending est super cool, des fois je me dis que je dois peut être regarder l’épisode jusqu’à la fin juste pour l’entendre xD.
    Pour conclure je m’attendais à pire et puis je trouve que niveau ecchi pour un truc basé sur des figurines pour adultes c’est assez « sage », bon ça part en cacahuète certaines fois (le malaise peut être présent xD) mais c’est pas omniprésent.
    Ah et la censure ne me dérange pas plus que ça même si je trouve ça débile de censurer un contenu que se base sur les boobs.

    • Le clip d’Astaroth était vraiment génial, je ne m’attendais vraiment pas à découvrir ça :D

      Concernant la censure, je pense que sur un site ouvert à tous et donc aux plus jeunes, c’est normal d’avoir des scènes masquées, je n’aimerais pas trop savoir que ma plus jeune petite sœur puisse voir des tétons volants en ouvrant une page du site. Donc oui, pour nous c’est assez embêtant par moment mais ce n’est pas si grave que ça, si je veux mes boobs sans censure, je prendrais le BR!

      Merci pour ce retour ^^

  2. J’ai juste regardé le début du premier mais j’ai arrêté quand j’ai vu le censure. Il y en a vraiment trop. En peu sa passe mais quand tu ne vois plus rien à l’écran…

Leave A Reply