[Anime] Eromanga-sensei

3

Bonjour à tous, ici Otakyun ! ╰(⸝⸝⸝´꒳`⸝⸝⸝)╯♡

Je ne suis qu’amour et joie en cette journée de printemps 2017 puisque nous allons enfin pouvoir discuter de l’adaptation télévisée d’une licence qui m’est très chère depuis maintenant plusieurs années, il s’agit d’Eromanga-sensei !

Cette série est disponible légalement sur la plateforme Wakanim !

STAFF

  • Créateur Original : Tsukasa Fushimi
  • Original Character Designer : Kanzaki Hiro
  • Production : ANIPLEX
  • Studio : A-1 Pictures
  • Producteur : Shinitirou Kashiwada (Saenai Heroine no Sodatekata)
  • Réalisateur : Ryohei Takeshita (New Game! – Assistant Réalisateur)
  • Character Designer : Hiroyuki Oda (OreImo)
  • Composition de la série : Tatsuya Takahashi (Netoge no Yome wa Onna no ko ja Nai to Omotta?)
  • Directeur en chef de l’animation #01 : Shinpei Kobayashi (Jōkamachi no Dandelion)
  • Directeur en chef de l’animation #02 : Yuuichi Oka (Motto To Love Ru)
  • Directeur Artistique : Yukako Ogawa (One Piece: Heart of Gold)
  • Directeur de la photographie : Toshiaki Aoshima (ERASED)
  • Directeur Sonore : Takayuki Yamaguchi (Shōjo-tachi wa Kōya o Mezasu)
  • Musique : Tomoki Kikuya (Nisekoi:)

SEIYŪ

  • Sagiri Izumi est doublée par Akane Fujita (Leviathan de sin Nanatsu no Taizai (TV)).
  • Masamune Izumi est doublé par Yoshitsugu Matsuoka (Kirito de Sword Art Online).
  • Elf Yamada est doublée par Minami Takahashi (Megumin Tadokoro de Food Wars).
  • Muramasa Senjū est doublée par Ōnishi Saori (Eriri Spencer Sawamura de SaeKano).
  • Megumi Jinno est doublée par Ibuki Kido (Chinami Oka de Golden Time).
  • Tomoe Takasago est doublée par Yui Ishikawa (Mikasa Ackerman de Shingeki no Kyojin).
  • Kagurazaka Ayame est doublée par Mikako Komatsu (Shione Togawa de Sora no Method).
  • Kunimitsu Shidô est doublé par Nobunaga Shimazaki (Mugi Awaya de Kuzu no Honkai).
  • Chris Yamada est doublé par Yamashita Seiichirou (Naruse Kakeru de Orange).
  • Le père de Masamune est doublé par Nakamura Yuichi (Kyosuke Kousaka de Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii wake ga nai).
  • La mère de Sagiri est doublée par Iguchi Yuka (Index Librorum Prohibitorum de To Aru Majutsu no Index).

Masamune Izumi est un jeune auteur de Light Novel, il travaille en duo avec un mystérieux illustrateur qui se fait appeler 「Eromanga-sensei」.

En parallèle, Masamune vit seul dans une maison avec sa jeune sœur, Sagiri, une Hikikomori*. En effet, celle-ci n’est plus sortie de sa chambre depuis une année suite à un traumatisme et exige de se faire nourrir par son frère en martelant du pied dès qu’elle commence à avoir faim.

Par la force des choses, le jeune garçon découvrira que sa sœur n’est autre que son mystérieux partenaire ! Une folle aventure débutera alors jusqu’à ce qu’ils puissent atteindre leurs objectifs en commun.

* Hikikomori : est un mot japonais désignant un état psychosocial et familial qui concerne principalement des adolescents ou de jeunes adultes qui vivent coupés du monde, cloîtrés chez leurs parents, le plus souvent dans leur chambre pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, en refusant toute communication, même avec leur famille, et ne sortant que pour satisfaire leurs besoins corporels.

Pour ceux qui me connaissent un minimum, Eromanga-sensei est pour moi une sorte de culte dont je propage la bonne parole tel un apôtre depuis son démarrage en décembre 2013 (mon article datant de 2014 vous parle plus en détails du light novel), il compile à la perfection tout ce que j’apprécie dans la culture pop japonaise (illustration, animé, light novel et j’en passe). C’est donc à pieds joints que j’ai sauté sans trop réfléchir dans cette adaptation animé par le studio A-1 Pictures de l’œuvre de Tsukasa Fushimi et de Kanzaki Hiro !

Dès les premières minutes du pilote, nous comprenons aisément que celui-ci ne traînera pas en longueur dans l’explication des bases de son histoire, de sa première rencontre avec sa quasi-sœur jusqu’à la condition d’hikikomori de Sagiri tout nous est expliqué au cours d’un monologue de Masamune animé d’une main de maître par le studio en charge de cette adaptation.

Le petit point amusant, c’est que nous pouvons entr’apercevoir les différentes protagoniste dans des actions de leurs vies de tous les jours dès l’introduction, un petit cadeau pour les fans du roman qui fait plaisir à voir.

C’est alors que nous rentrons dans le vif du sujet, Masamune nous explique alors comment il en est arrivé à être auteur de light novel professionnel, de sa peur quasi maladive des séances de dédicaces et des recherches sur le web en rapport avec ses différents travaux ainsi que de son partenariat avec son mystérieux partenaire qui se surnomme Eromanga Sensei.

Mais comme vous le savez, le destin fait parfois bien les choses et c’est à la suite d’un concours de circonstances que nous découvrons que Izumi Sagiri et Eromanga-sensei sont la même et unique personne. C’est comme ça que le jeune garçon pourra enfin voir une minuscule fissure dans la carapace que sa sœur s’est construite au fil du temps et l’espoir de la faire sortir sera enfin de nouveau à porter de main.

C’est donc à partir de cet instant que nous faisons connaissance de manière officielle avec cette petite fille timide à la voix tremblotante d’une douzaine d’années qui n’assume absolument pas son pseudonyme (ce qui nous donnera beaucoup de situations assez cocasse).

Outre ces traits de caractères digne d’une recluse, nous découvrirons que celle-ci déborde d’énergie et d’enthousiasme dès qu’elle prend son stylet en main pour commencer à dessiner. D’après ses dires, il s’agit de sa propre méthode pour évacuer sa peine et le fait de pouvoir partager et discuter de son art avec le monde entier lui fait reprendre confiance en elle.

D’une manière un peu plus personnel, c’est à partir de ce moment que j’ai pris conscience que l’œuvre de Tsukasa Fushimi nous envoie des signaux pour ne jamais abandonner, de toujours donner notre maximum dans notre passion et d’essayer de la sublimer pour apporter le bonheur autour de nous. Il faudra prendre conscience que chacun des différents conseils que fournissent les différentes protagonistes sont à prendre de manière intime comme si nous étions le héro de cette œuvre.

Bien entendu, il s’agit d’un ressentit purement personnel et vous pourrez également vous poser devant cet animé sans vous prendre la tête en appréciant tout simplement l’humour léger et sa dose de fan service qui en découle.

Au final, la morale de Eromanga-sensei n’est autre que : Vivez votre passion, ainsi que votre vie à fond et si l’envie et la motivation vous prend, prenez un bic et du papier ou installez vous devant votre ordinateur pour écrire et dessiner ! Même si le succès ne vous sourit pas, sachez que vous aurez au moins rendu quelqu’un heureux avec vos différentes créations !

– L’animation et la technique –

Maintenant que j’ai pu terminer mon avis sur tout ce qui touche au scénario, nous allons maintenant nous attaquer à la technique !

Sur les trois premiers épisodes, je dois avouer que je n’ai absolument rien à redire du point de vue de l’animation qui est vraiment très soignée et j’irais même jusqu’à dire que certaines scènes sont vraiment exceptionnelles en terme de fluidité ou de mise en scène.

C’est alors que j’ai commencé à me renseigner plus amplement sur le staff technique et j’y ai découvert que ce n’est pas moins d’une dizaine de studio d’animation dont WHITE FOX et TROYCA pour les plus connus qui se sont relayés à travers diverses étapes de la création pour nous produire ces épisodes de qualités.

Pour le character design et son passage de la version Light Novel à Animé, celui-ci a été reproduit à la perfection par Kanzaki Hiro qui reprend ici son autre pseudonyme (Hiroyuki Oda) qu’il utilise pour ses travaux d’animations. Il est donc normal d’y voir des ressemblances avec des personnages provenant de série comme Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii wake ga nai ou encore Classroom Crisis !

Vous l’aurez peut être également remarqué, mais pour un soucis de réalisme, les illustrations des light novel des différents protagonistes ont été confiés à plusieurs illustrateurs populaires comme Tiv (l’illustrateur du manga Masamune-kun no Revenge) qui s’occupe des illustrations d’Eromanga-sensei, Hisasi (l’illustrateur du light novel Netoge no Yome wa Onnanoko ja Nai to Omotta?) s’occupe du roman de Yamada Elf et il semblerait que ça soit Kanzaki Hiro (l’illustrateur de OreImo) lui même qui s’occupe des illustrations de l’œuvre de Senjū Muramasa.

Au final, on ressent une envie de retranscrire à la perfection l’œuvre de Tsukasa Fushimi, comme si il s’agissait d’un cadeau d’anniversaire pour les dix ans de carrière de l’auteur !

– Seiyū –

Je me dois également de vous tenir un mot sur le travail de doublage qui a été effectué sur cette adaptation puisqu’il est absolument parfait à mon sens.

Pour être totalement franc avec vous, j’avais émis de gros doute lors de l’annonce de l’équipe de doublage japonaise, puisque nous y retrouvions des seiyū ultra-populaires comme Yoshitsugu Matsuoka (Masamune Izumi) qui se retrouve dans tous les grosses productions du moment. Je voulais juste un peu de sang neuf !

Mais mes doutes ont été rapidement balayés aux fils des épisodes et je me surprends encore à exploser de rire devant les intonations de voix des différents personnages comme pour l’échange entre Masamune et Elf dans le troisième épisode.

– Au final, ça donne quoi !? –

En conclusion, Eromanga-sensei, c’est beau, c’est moe, c’est drôle et divertissant. J’attends mon épisode chaque semaine avec impatience, les personnages sont tous haut en couleur, Sagiri et les différentes protagonistes sont toutes adorables, la musique rentre facilement en tête, le character design et les backgrounds sont magnifiques. Je n’ai qu’une chose à dire, j’adore cette licence ! Il s’agit pour moi d’un anime tranche de vie qui nous fait oublier nos soucis quotidien pour nous plonger dans les aventures de Masamune Izumi et sa bande.

Je pourrais continuer à vanter les mérites de cette licence durant des heures, mais je vous recommande simplement de vous poser devant cette adaptation et d’en faire votre propre avis !

Vous voulez en apprendre plus sur Eromanga-sensei ? C’est par ici !

Regardez vous Eromanga-sensei ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Comme pour de nombreux animés, certains backgrounds de Eromanga-sensei proviennent directement de lieux inspirés du Japon et c’est toujours un réel plaisir de faire un petit tour via Google Map pour en découvrir un peu plus !

Ligne Jōban

Arakawa Senju Shinbashi ↑

4éme lycée de l’arrondissement d’Adachi / Tokyo Metropolitan Adachi High School

Le siège social de la socièté Kadokawa

Iidabashi Station ↑

Canal Cafe, Shinjuku – Yotsuya/Iidabashi ↑

Le staff derrière l’adaptation du light novel de Tsukasa Fushimi et de Kanzaki Hiro se sont donnés à cœur joie pour nous cacher de nombreuses références et clins d’œil à différentes séries ou matériels au fil des épisodes de Eromanga-sensei. Nous allons donc nous amuser à essayer de toutes les découvrir et de les lister dans cette catégorie !

Mise à jour hebdomadaire.

  • Lors de la scène où Masamune apporte pour la première fois le plateau repas à sa jeune sœur, un Danboard / Cartox provenant de la série 「Yotsuba&! 」 se cache dans le décor. Celui-ci est déposé juste à côté d’une peluche poulpe qui est aussi la signature visuelle de Kanzaki Hiro (il ne faut donc pas y voir une référence à la série OreImo) !


    Lorsque Masamune Izumi rend visite à son amie, Tomoe Takasago dans la librairie familiale, nous pouvons y voir le roman produit par les Izumi, Elf Yamada, ainsi que celui de Senjū Muramasa mis en avant plan.

    Mais aussi un tome de Accel World volume 21, Toradora! volume 3, To Aru Majutsu no Index volume 22, Shakugan no Shana volume 22, Hataraku Maou-sama! volume 16, Sword Art Online volume 18 et Mahôka Kôkô no Rettôsei volume 20. Une excellente pub pour ces séries ultra-populaires du Dengeki Bunko !


    C’est lors du live sur Nico Nico de Sagiri Izumi que celle-ci pointe du doigt une illustration du film Sword Art Online: Ordinal Scale et de la série High School Fleet.

    Nous pouvons également voir que Eromanga-sensei cache son identité avec un masque du personnage de Meruru qui nous provient de la licence fictive  Stardust☆Witch Meruru  que nous avons également pu observer dans la série Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii wake ga Nai puisqu’il s’agit de l’anime favoris de Kousaka Kirino !


    Même si cette pose n’est pas unique à la série Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu, il s’agit selon moi d’un petit clin d’œil à un autre travail de doublage de Yoshitsugu Matsuoka puisqu’il y a doublé le personnage de Petelgeuse Romanée-Conti !


    Lorsque Sagiri autorise son frère à entrer dans sa chambre pour la première fois, nous pouvons y découvrir sa collection de figurines. Toutes ces adaptations semblent provenir de modèle existant, c’est donc parti pour en faire un petit listing !

    1. [1/7] Kanzaki H Aria Bunny ver. – Hidan no Aria AA – Bell Fine
    2. [1/8] Futaba Anzu – The Idolm@ster Cinderella Girls – Kotobukiya
    3. [1/8] Kuro the Beast ver. – Fate/Kaleid liner Prisma ILLYA 2wei Herz! – Broccoli
    4. [1/8] Hozuki Ferrari – Galilei Donna – Alter
    5. ??
    6. [1/7] Rory Mercury – Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri – Kotobukiya
    7. Sinon – Sword Art Online II
    8. Shibuya Rin – THE IDOLM@STER Cinderella Girls
    9. ??
    10. Hoshikuzu Witch Meruru – OreImo
    11. ??
    12. [Cu-Poche] Kisaragi Chihaya – The IDOLM@STER
    13. Teasing pour une figurine de Elf Yamada !?

    Izumi Sagiri semble apprécier les jeux vidéo puisque nous pouvons apercevoir dans sa chambre des versions parodiques de la Playstation 4 Pro de Sony, ainsi que la Xbox One de chez Microsoft.


    C’est lors de la discussion entre Masamune et Sagiri que nous avons pu apercevoir dans la chambre de cette dernière une peluche de Comet-kun qui nous arrive tout droit de la série Stardust Witch Meruru !


    La manette qu’utilise Sagiri pour frapper Masamune prend son design de la manette d’origine de la Sega Mark III ou plus communément appelée Sega Master System hors Japon !


    Pour les plus curieux d’entre-vous, le matériel de dessin numérique que possède Izumi Sagiri n’est autre qu’une tablette graphique Wacom Cintiq 13HD et pour le stylet, il s’agit d’un Wacom Grip Pen qui porte la référence KP-501E-01.


    L’End Card de cette épisode est une référence flagrante à la série Shokugeki no Souma / Food Wars puisque nous pouvons y lire 「おあがりよ! / Oagariyo!」 qui est également l’expression que dit Souma à chaque fois qu’il sert un plat.

    Le petit point amusant, c’est que Yoshitsugu Matsuoka est le seiyuu de Izumi Masamune mais également celui de Yukihira Souma.

  • Lorsque Kagurazake Ayame, l’éditrice des romans de Masamune Izumi lui téléphone pour l’informer que tous ses projets ont été rejetés, nous pouvons y voir divers posters promotionnels pour les light novel de Toradora! volume 10), Shinyaku To Aru Majutsu no Index volume 08, Shakugan no Shana volume 11, Accel World volume 16, Sword Art Online volume 10 et Durarara!! volume 10.


    Suite au refus de ses différents projets, Masamune jette avec violence son téléphone sur son lit en criant 〔Balse !〕, qui est une référence à un sort de destruction dans le film Le château dans le ciel de Hayao Miyazaki.


    Durant l’un de ses moments de liberté, Izumi Masamune se rend à la librairie Takasago et y découvre « Les recommandations de Tomoe » qui n’est autre qu’une sélection de Light Novel ! Le listing est disponible juste en dessous de la photo.

    1. Sword Art Online Vol. 18
    2. Toradora! Vol. 01
    3. Enkan Shoujo Vol. 01
    4. Toradora! Vol. 08
    5. Toradora! Vol. 09
    6. Sword Art Online Vol. 02
    7. Sword Art Online Vol. 04
    8. Sword Art Online Vol. 05
    9. Sword Art Online Vol. 06
    10. Sword Art Online Vol. 07
    11. Sword Art Online Progressive Vol. 02
    12. Sword Art Online Progressive Vol. 03
    13. Sword Art Online Progressive Vol. 04
    14. Sword Art Online Progressive Vol. 01
    15. To Aru Majutsu no Index Vol. 01
    16. To Aru Majutsu no Index Vol. 02

    Au moment où Masamune découvre que tous ses tomes sont encore disponibles à la vente dans la librairie de son amie, nous pouvons voir en arrière plan la couverture du premier tome de No Game No Life.


    Juste après s’être fait disputer par Tomoe, nous pouvons voir en arrière plan la couverture du premier tome ainsi que les tranches des autres volumes du roman Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu.


    Quelques instants avant la scène où Masamune achète le tome dédicacé de Elf Yamada, nous pouvons voir en arrière plan le premier tome de Heavy Object, ainsi que le tome 4 de To Aru Majutsu no Index.


    Quand Izumi Masamune arrive chez ASCII Media Works pour son rendez-vous avec son éditrice, nous assistons à une discussion mouvementée entre celle-ci et Elf Yamada à propos de Eromanga-sensei. C’est alors que nous pouvons distinguer dans le fond un Danboard / Cartox géant avec une PLV de Koiwai Yotsuba à ses côtés !


    Durant la tirade de Elf Yamada dans les bureaux de l’éditeur, nous pouvons apercevoir en arrière plan un poster promotionnel du seizième tome de Mahouka Koukou no Rettousei.


    Dès que Elf Yamada quitte les bureaux de ASCII Media Works, nous pouvons apercevoir une affiche promotionnelle du premier tome de Shinsetsu Ookami to Koushinryou: Ookami to Youhishi.

  • La scène où Elf décoche une flèche dans le postérieur de Masamune n’est pas spécialement considéré comme une référence, mais agit plus comme un clin d’œil aux stéréotypes de l’elfe qui est passé maître dans l’utilisation des arcs à flèches.


    Au moment où Masamune explique à Elf Yamada comment il en est venu à apprécier ses œuvres, nous pouvons découvrir plusieurs couvertures de light novel édité par le Dengeki Bunko comme Mahouka Koukou no Rettousei volume 09, To Aru Majutsu no Index volume 09, Accel World volume 01 et 02 ainsi que Sword Art Online volume 01, 02 et 03.


    La pose que prend Yamada Elf est une référence à la pose que prend Togashi Yuuta dans la série Chuunibyou Demo Koi ga Shitai! quant il était atteint de Chuunibyou et celle-ci était une référence aux poses que prennent les personnages de la série Jojo’s Bizarre Adventure. C’est donc une double référence!


    Les plus observateurs d’entre-vous auront remarqués que l’animation de la claque de Elf Yamada envers Masamune Izumi est identique à celle de Ayase Aragaki envers Kyosuke Kousaka dans l’épisode 10 de la saison 1 d’OreImo.

  • Les différentes nouvelles du Grand Tournoi de light novel ont été publiées dans le magazine mensuel Dengeki Bunko Magazine. Ce qui se passe réellement lors de différents concours d’écriture du Dengeki Bunko.

  • Lors de la scène où Sagiri récupère l’avis de passage de l’un de ses colis, nous pouvons lire sur celui-ci qu’il provient de AmuAmu qui n’est rien d’autre qu’une version parodique du célèbre site AmiAmi.


    Quelques instants plus tard, Eromanga Sensei est en train de dessiner devant la télévision où une émission sur les matsuri est en cours de diffusion. La journaliste interview trois personnages qui ne vous sont pas inconnus puisqu’il s’agit de Ruri, Hinata et Tamaki Gokou de la série 「 Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii wake ga Nai 」.


    Au moment où Elf Yamada explique son objectif final qui est de détruire le Dengeki Bunko en créant le light novel ultime, nous pouvons voir en arrière plan Shiba Tatsuya (Mahouka Koukou no Rettousei), Holo (Spice & Wolf) et Kirito (Sword Art Online) qui sont des objectifs à dépasser pour se prétendre numéro 1.

Malheureusement pour nous, les end cards visibles en fin d’épisode ne sont pas disponibles sur la version légale que Wakanim nous propose. Il était donc impensable de ne pas vous les lister puisque ceux ci nous propose certaines scènes qui ont été éclipsés dans l’animé.

End Card #01 & 02

End Card #03 & 04

End Card #05 & #06 

End Card #07 & #08 

End Card #09 & #10 

End Card #11 & #12 

L’original soundtrack qui nous intéresse aujourd’hui a été confié à Tomoki Kikuya, un compositeur de talent que nous connaissons déjà pour son travail sur des séries comme Shinryaku! Ika Musume, Hentai Ōji to Warawanai Neko ou plus récemment Nisekoi:. Je n’avais aucun doute face à la qualité que serait l’ost de cette licence et je trouve que je ne me suis pas spécialement trompé. Chacune des pistes est utilisées avec soin dans des moments clé de l’épisode pour ainsi faire monter la tension ou désamorcer une situation complètement loufoque entre deux personnages. C’est une petite réussite pour ma part !

L’intro thème du nom de Hitorigoto fera plaisir à énormément de moi (surtout moi) puisqu’il est interprété par le groupe ClariS que nous avons déjà pu entendre sur des séries comme OreImo, Mahō Shōjo Madoka Magika ou encore plus récemment avec Qualidea Code. Un choix parfait qui rendra nostalgique les fans de la précédente oeuvre de Tsukasa Fushimi ! En plus de cela, la musique arrive à nous transporter sans grande difficulté dans le monde haut en couleur des personnages d’Eromanga-sensei.

L’outro thème quant à lui est réalisé par TrySail, un trio de chanteuse qui ont un avenir plus que radieux grâce à des musiques débordantes d’énergie. Chaque fin d’épisode est conclu à la perfection avec une musique punchy qui nous remplit de bonne humeur et nous fait patienter jusqu’à la semaine prochaine !

About Author

Rédacteur et serviteur depuis 2013. Passionné par l'univers Otaku, je suis un fan hardcore des oeuvres de Kanzaki Hiro. J'apporte mon aide au quotidien dans les aventures de la team berryz.

3 commentaires

  1. Pingback: [Preview - Nendoroid] Izumi Sagiri - Eromanga-sensei - Good Smile Company

  2. Pingback: Eromanga-sensei, du light novel à l'adaptation animé

  3. Pingback: Japan Expo 2017 : Rencontre avec la cosplayeuse Hinokio.

Leave A Reply